“Rester chez soi”, première Conversation Atypique

“Rester chez soi”, première Conversation Atypique

10.05.2020 Ils nous inspirent

“Rester chez soi” ou la réinvention d’un rapport au temps, à l’espace et à soi 

Comment rester chez soi ? Cette question qui a souvent résonné en chacun de nous ces derniers temps. C’était aussi le sujet évoqué lors du premier volet des Conversations Atypiques, qui a vocation à répondre aux interrogations levées par cette crise et ce nouveau rapport au temps, à l’espace et à soi qui nous a été donné d’explorer pendant deux mois et demi. Une série de trois explorations qui courra sur autant de mois, et qui confronte le point de vue d’Espaces Atypiques à des experts de chaque thématique. Une façon de conjuguer l’habitat au futur.

Ainsi, pour sa première « Conversation Atypique », Espaces Atypiques reçoit l’architecte et chroniqueuse TV Gaëlle Cuisy du cabinet GplusK Architectes, et la décoratrice et chroniqueuse TV, Jessica Venancio qui échange sur ce thème de « L’Habitat » avec le fondateur et dirigeant du réseau Julien Haussy. Un échange entre observations, conseils et projections sur le futur. Retrouvez la vidéo récapitulative au bout de ce lien.

Lorsque nous étions confiné(s), le regard que nous portons sur notre habitat a changé. Devenu à la fois notre lieu de vie, notre lieu de travail, notre lieu de loisir, d’exercice et de création, il questionne aujourd’hui nos besoins d’espace et d’ergonomie. De l’architecture d’intérieur à la décoration, en passant par les nouveaux modes de vie, notre habitat, mais aussi son aménagement sont amenés à changer.  

Voici en quelques lignes le meilleur de ce qui s’est dit durant cette conversation.

 

Un rapport au temps différent : l’accélération des besoins

“Confinés, les gens ont les yeux rivés sur leur habitation et voient tous les défauts… ça transforme leurs envies en besoins.” – Gaëlle Cuisy 

“Les gens sont confrontés à leur habitat en permanence et ont envie de changement.” – Jessica Venancio

 

L’urgence de la réorganisation

“On voit des pièces de vie qui se transforment en pièces de travail, en pièces d’étude pour les enfants. Les gens ont envie de réorganiser leur intérieur, et de recloisonner les espaces.”  – Jessica Venancio

“Le télétravail va sans doute perdurer, et l’espace du bureau à la maison va être sérieusement repensé pour qu’il y ait une véritable zone, qu’il y ait une pensée pour l’acoustique… en tout cas faire comprendre à la famille qu’il y a une zone à délimitée, virtuelle, qu’on ne doit pas franchir quand on est en mode de travail. Avec les enfants à la maison, il  n’y a plus de barrières comme d’habitude. C’est compliqué !” – Gaëlle Cuisy 

“C’est une période où le logement est rudement mis à l’épreuve, il est testé H24. Il va forcément en sortir des nouveautés qu’on commence à déceler. ” – Julien Haussy

 

La décoration sous le signe de l’identité et du réconfort

“Aujourd’hui, on a envie d’un intérieur, d’une décoration qui nous ressemble, qui nous est propre. On a plus du tout envie d’avoir une décoration de catalogue. On a vraiment envie de quelque chose de douillet, de personnel, et on va aujourd’hui davantage oser l’accidentalisme : faire des bêtises, ressortir des objets qu’on cachait. Il y a quelque chose de très sincère qui arrive dans nos intérieurs.” –  Jessica Venancio

“On est dans une période charnière d’hyper-technologie et en même temps, on a besoin d’aller rechercher les vestiges du passé, d’aller rechercher l’histoire, par le mobilier, par le style. Cela préexistait à la crise, mais on voit apparaître un vrai goût pour les années 30, les années 50, parce que c’est rassurant, ce sont des périodes paisibles, d’entre-deux-guerres.” – Gaëlle Cuisy 

“Chacun fait en fonction de son passé, ses envies. Chacun a des courants qu’il préfère, mais va les personnaliser, pour que l’intérieur lui ressemble et qu’il se sente bien.” – Julien Haussy

 

Une quête du Graal : le retour au naturel

“On voit se renforcer les envies de lumière naturelle. De plus en plus de gens se rendent compte que c’est primordial. Et puis faire entrer plus de verdure, l’envie de faire rentrer l’extérieur. On a besoin de respirer.” – Jessica Venancio

“Et quand la lumière naturelle n’est pas là, ça passe par la couleur et la lumière électrique, pour avoir une jolie lumière le soir, quand il n’y en a pas à l’extérieur.” – Gaëlle Cuisy 

“C’est une quête du Graal : les gens veulent la lumière, le volume, ils veulent un espace extérieur. On a peu de clients qui cherchent de manière rationnelle “tant de chambre”, “tel quartier”… Ils marchent au coup de coeur, à ressentir les choses, et si le logement n’est pas à leur goût, ils vont vraiment le faire eux-mêmes ou faire appel à des architectes comme vous. ” – Julien Haussy

 

La newsletter

Évadez-vous dans des lieux insolites et magiques en vous abonnant à la newsletter d’Espaces Atypiques.

  • Hidden
  • Hidden
  • Hidden
  • Hidden
La newsletter