Portrait de Servane, propriétaire d’une maison sur les dunes de l’Île de l’Oléron

Portrait de Servane, propriétaire d’une maison sur les dunes de l’Île de l’Oléron

01.06.2021 Ils nous inspirent

Régulièrement sur notre blog, vous pouvez retrouver le portrait de certains de nos clients. Nous prenons soin de choisir des histoires qui reflètent particulièrement la philosophie d’Espaces Atypiques : des logements atypiques qui parlent directement aux visiteurs qui s’y projettent et ressentent le besoin d’exprimer leur personnalité entre leurs murs. 

Dans ce portait, retrouvez l’histoire de Servane et la formidable découverte de sa maison au style années 70. Ce bien atypique, que vous pouvez découvrir grâce aux images du photographe Yann Werdefroy, est devenu un coin de paradis en pleine nature pour toute la famille. 

Servane est originaire de Bretagne, de Concarneau plus précisément. Elle a fait ses études à Rennes avant de déménager à Brest. Elle a longtemps travaillé dans de grands groupes de communication et de presse avant d’entamer une reconversion dans la logistique industrielle. C’est aussi là qu’elle vit pendant près de 30 ans avec son mari, qui dirige alors une concession automobile, avec leurs deux enfants. Après des années à vivre dans la campagne près de Brest, Servane et son mari ressentent un besoin d’ailleurs, initié par le départ de leur fille à La Rochelle pour étudier. Décidé à changer de vie, ce couple amoureux de la mer vit un véritable coup de cœur en découvrant cette maison des années 70 face à l’océan sur l’île d’Oléron. 

Nous vous racontons ici son coup de cœur pour la maison, mais aussi comment elle a changé de vie grâce à sa rencontre humaine avec Espaces Atypiques dont elle intégrera l’agence La Rochelle-Royan, qui ouvrira une antenne à Oléron en Juillet prochain.

 

Bonjour Servane.

Bonjour !

Pouvez-vous nous dire ce qui vous a plu dans ce bien en particulier ?

Nous recherchions un bien au cœur de la nature, mais aussi le plus près possible de la mer avec mon mari. Comme nous avons toujours habité à proximité du littoral, quand nous avons vu cette maison ouverte sur l’extérieur sur la côte sauvage d’Oléron, nous n’avons pas hésité un instant.

Elle correspondait vraiment à ce que nous avions en tête : une surface idéale, une architecture des années 70 que nous adorons et surtout, où que l’on se poste, on voit de superbes vues sur l’océan. Ce qui a fini de nous convaincre, c’est d’ailleurs l’emplacement de ce bien, à l’écart de toute agitation : la maison est postée en haut des dunes, les pieds dans l’eau, sans habitations environnantes. L’océan, l’océan, rien que l’océan… et nous !

L’extérieur du bien avant la rénovation prévue par Servane et sa famille.

Les photographies ci-dessus font suite à la rénovation. Crédit photographies après rénovation : Yann Werdefroy

Qu’est-ce qui vous a fait vous décider ?

La sensation de calme offerte par la proximité immédiate de l’océan nous plaît énormément. Quand la marée le permet, nous pouvons même aller chercher notre fils en zodiaque au lycée de la Rochelle ! La sensation d’espace joue aussi, bien sûr, avec ce grand terrain dans cet environnement incroyable. Si nous avons un temps hésité à habiter sur l’île de Ré, nous avons finalement préféré Oléron, bien plus sauvage.

Un autre point qui nous a plu, c’est l’architecture très particulière de ce bien. On y retrouve les caractéristiques d’une maison charentaise typique avec ses larges ouvertures sur l’extérieur et sa belle pièce à vivre, ainsi qu’un aménagement sur plusieurs niveaux très représentatif des années 70. 

Dans les détails, on retrouve d’ailleurs des clins d’œil aux années 70, comme ces escaliers en orme, qui se faisaient beaucoup à l’époque. On les a rénovés ici dans une couleur sable, qui s’harmonise parfaitement avec les murs et l’environnement.

L’espace de vie avant la rénovation prévue par Servane et sa famille.

Les photographies ci-dessus font suite à la rénovation. Crédit photographies après rénovation : Yann Werdefroy

Quelles sont vos pièces favorites ?

C’est dur à dire ! Peut-être cette grande pièce à vivre que nous adorons, où la lumière change sans cesse. La grande fenêtre de la cuisine est tournée vers l’ouest, on peut admirer un magnifique coucher de soleil tous les jours. C’est d’ailleurs ce côté très pictural, comme un tableau ouvert sur l’extérieur, qui nous a beaucoup plu dès le début. 

C’est Anouchka Colin de l’agence Espaces Atypiques La Rochelle-Royan, ancienne décoratrice d’intérieur, qui nous a d’ailleurs aidés à mettre cela en valeur. Nous avons vraiment personnalisé ce bien. Pour cela, nous avons pris notre temps, avec 9 mois de travaux. Notre seule contrainte, c’était l’impossibilité d’agrandir la maison, car elle se trouve au cœur d’une zone naturelle protégée. Autre touche personnelle : ces objets rapportés de séjours en Afrique de l’Est qui donnent un esprit de voyage immobile à cette maison.

Une de nos autres pièces préférées, c’est la chambre, avec sa terrasse et sa vue sur le phare de la Courbe. C’est vraiment splendide.

Crédit : Yann Werdefroy

Habitiez-vous près d’Oléron auparavant ? Si oui, dans quel type de bien ? 

Nous habitions en Bretagne ! Aux alentours de Brest, mais toujours dans des maisons atypiques. Ce qui nous plaît, ce sont les belles lignes, la beauté d’une bâtisse, mais aussi son histoire. Nous sommes des passionnés d’histoire et d’architecture.

D’ailleurs, nous avons d’abord habité une grande maison de capitaine, un genre de manoir qui datait du XVIème siècle qui s’étendait sur 250 m². C’est l’histoire du navigateur et son bateau, la Louise du Conquet, tout autant que son emplacement tout près de la mer qui nous avaient séduits. Notre deuxième bien atypique, c’est une maison des années 80 de 250 m² avec un sol en dalles d’ardoise, agrémentée de granit du Zimbabwe que nous avions déniché et un salon au volume incroyable : plus de 100 m² !

Étiez-vous déjà propriétaires auparavant ou étiez-vous locataires ? 

Oui, nous étions déjà propriétaires de nos deux maisons précédentes. La première, avec un hectare de parc environnant, se trouvait au Conquet, un joli village de pêcheurs. La seconde était dans un village balnéaire, Plougonvelin, à 30 minutes de route de Brest.

Connaissiez-vous Espaces Atypiques avant l’achat de votre bien ? 

Nous ne connaissions pas du tout Espaces Atypiques, mais on peut dire qu’une vraie rencontre humaine s’est passée… qui a changé ma vie. Dans le sens littéral du terme !

J’ai trouvé cette maison par moi-même dans un premier temps grâce à mes connaissances dans l’immobilier. J’ai ensuite été mise en relation avec Anouchka Colin de l’agence Espaces Atypiques qui est allée au devant de la propriétaire. Le bien, qui correspondait aux valeurs d’Espaces Atypiques, a intégré leur offre, et je n’ai plus hésité.

Et mon histoire avec Espaces Atypiques ne s’arrête pas là, puisque je change de vie et vais moi-même intégrer l’agence La Rochelle-Royan, ouverte depuis 3 ans. J’ai déjà travaillé dans l’immobilier à Brest et cette véritable aventure humaine aux côtés d’Anouchka m’a convaincu de rejoindre l’équipe !

 

 

La newsletter

Évadez-vous dans des lieux insolites et magiques en vous abonnant à la newsletter d’Espaces Atypiques.

La newsletter